Pratiques de gestion bénéfiques des prairies > Ferme d’élevage El Gorguz

Ferme d’élevage El Gorguz

Janos, État de Chihuahua

 

Type de projet Projet pilote d’élevage financé par la CCE
Organisation Ferme d’élevage El Gorguz
Pays Mexique
Région Municipalité de Janos, État de Chihuahua
Type de prairie Pâturages touffus ouverts
Nbre de têtes de bétail 45 vaches, 60 génisses, 6 taureaux, 18 veaux
Hectares 958
Langue Espagnol
Date de modification Août 2015

Les pratiques de gestion bénéfiques sur la ferme El Gorguz visaient à améliorer les infrastructures afin de perfectionner le régime de broutage et d’accroître la santé des pâturages, de façon à bonifier en fin de compte les habitats fauniques de l’endroit. À ces fins, on a établi des projections relatives aux infrastructures et au régime de pâturage qu’on a fondées sur la capacité de charge et la composition du couvert du sol dans les pâturages.

Au début, le bétail a brouté dans des aires d’une superficie de 15 à 30 hectares, et on a donné aux bêtes des suppléments alimentaires pendant 50 jours pour éviter toute dégradation de leur état physique après leur transfert dans de plus petits enclos. En ce moment, les bovins broutent de plus vastes superficies de pâturage, où la pluie a permis la croissance d’herbes vertes qui contribuera à améliorer leur état. Dès que la nouvelle végétation aura séché, le troupeau retournera dans les petits enclos temporaires (entourés de clôtures électriques qui ont nécessité l’installation de panneaux solaires). Par ailleurs, en ce qui concerne l’amélioration du système de distribution de l’eau, signalons qu’on a creusé un fossé pour enterrer les tuyaux de PCV qui transportent l’eau d’un pivot central d’irrigation jusqu’au bassin de métal où se trouvent les auges pour le bétail.

Quant à la couverture du sol sur la ferme, précisons qu’il est constitué à 56,4 % d’humus et à 12,4 % de roche, et qu’on trouve 28,4 % de sol nu. Au chapitre de la couverture végétale, il faut signaler que 40,4 % de la superficie totale est recouverte de broussailles et de graminées vivaces, et 0,4 %, de graminées annuelles. Quant à la capacité de charge, précisons que la production de fourrage équivaut en moyenne à 2 310 kilos par hectare. C’est donc dire qu’il faut 2,15 hectares pour subvenir aux besoins d’une unité animale pendant un an, ce qui équivaut à utiliser la moitié de fourrage disponible. Il convient de souligner que l’un des échantillons avait un poids de loin supérieur à celui des autres et que ce détail influe sur l’évaluation de la production globale de fourrage.